Sédentarité VS mobilité

11 11 2014

Ne peut-on pas être citoyen français sans être de tradition sédentaire métropolitaine et autochtone ?

La sédentarité est un mode de vie qui s’est longtemps imposé en raison du manque de transports et ceux parallèlement aux nombreuses politiques d’expansion territoriales menées par la France en Afrique, aux Etats-Unis, en Asie (se demande-t-on à ce moment-là si ce sont les « étrangers » qui ont poussé la France à mener ces politiques ?) Mais aujourd’hui, la sédentarité n’est plus une fatalité, elle n’est plus un modèle imposé. Personne ne vous pousse à naître, vivre (et travailler) et mourir au même endroit. Et quand bien même, certains auraient envie d’épouser ce mode de vie, quelle légitimité auraient-ils à l’imposer à tous les autres ? Où est-il inscrit que le monde devait être vu, pensé, enseigné uniquement d’un point de vue sédentaire ?

Précisément, les politiques d’immigration comme on aime à en parler, ne sont-elles pas plutôt des politiques de sédentarisation pour lesquelles on veut forcer les individus à s’immobiliser sur un territoire pour une vie entière ?

Lorsque des Français d’origine française veulent s’expatrier aux Etats-Unis, au Canada ou partout ailleurs dans le monde, la démarche est considérée comme louable parfois courageuse voire symbole de réussite sociale mais que d’autres fassent la même démarche depuis un autre pays apparait comme de l’invasion : en quoi exactement ? Ces hommes et femmes – migrants (comme on les appelle aujourd’hui) – n’ont-ils jamais le souhait de participer comme tout citoyen à la vie publique et citoyenne du pays ?

Ce qui gangrène le modèle politique en matière de migration ou d’intégration n’est pas l’ouverture des frontières mais bien l’absence d’intégration, dans le modèle démocratique, que l’homme (ou la femme) sont ou peuvent être mobiles.

L’homme a toujours été mobile, les nomades font partie de l’histoire de l’humanité, que cela plaise ou non aux sédentaires, et ce sont ces mouvements qui amènent le changement et la régénération.

Aussi, bien plus loin que Mme Merkel qui déclare que la liberté de circuler dans l’Union Européenne n’est pas négociable (http://www.lepoint.fr/economie/merkel-la-liberte-de-circulation-dans-l-ue-n-est-pas-negociable-03-11-2014-1878311_28.php), je dis plutôt que c’est la liberté de circuler dans le monde qui n’est pas négociable. La mobilité doit être considérée comme un droit fondamental de l’homme.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




lamerdeenpetitscarres |
En finir avec eddy bellegueule |
Tous pour Un Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Nostalgiques du Chalet
| Opportunitesdaffairesiae
| le blog de l'Ecole des...