Le constat d’anomie de l’Etat français

2 11 2014

Je constate que La France est dans un état d’anomie patent en vivant sur des acquis (sentiment d’appartenance nationale, histoire de France) qu’elle juge immuables simultanément à une évolution de la société française qui, depuis plusieurs siècles et particulièrement ces cinquante dernières années, s’est diversifiée et enrichie aux contacts d’hommes et de femmes d’autres régions du monde avec lesquelles la France, au sens politique, a eu des échanges quels qu’ils soient : esclavagisme, colonialisme, impérialisme, guerres mondiales, décolonisations, politiques dites d’immigration dont la politique du regroupement familial, droit d’asile, essor des moyens de transport entres autres.

Cette diversification de la société française ne s’est donc pas créée dernièrement et spontanément. La société française contemporaine est bien le fruit de politiques publiques historiques du pays, identifiées mais non assumées et non reconnues à leur juste place.

La reconnaissance de cette diversité française contemporaine fait d’ailleurs partie des recommandations prioritaires de trois des rapports portant sur l’état des lieux des politiques d’intégration en France rendus en novembre 2013 au Premier ministre [1] :

 - Principal général 1 (page 65/93) : Un engagement politique au plus haut niveau.[…] l’égalité des droits et de traitement assortie de la reconnaissance de la pluralité[2]

 - Recommandations et préconisations (page 18): […] La perspective d’une refondation où il s’agit d’une part de se placer dans la temporalité  d’un changement politique daté et basé sur le choix explicite d’un engagement public pour une société diverse et commune[3].

 - 1. Faire France en reconnaissant la richesse des identités multiples (page7)[4]

 Bien que ces rapports aient été passés sous silence par le gouvernement du Premier ministre de l’époque, ils ont le courage de poser clairement la question et les recommandations appropriées : nous sommes français ET différents.

Oui, ce constat érode le sens premier du ou des sentiments d’appartenance à une nation (groupe d’hommes auxquels on suppose une origine commune ou groupe humain, généralement assez vaste, qui se caractérise par la conscience de son unité (historique, sociale, culturelle) et la volonté de vivre en commun[5]) et c’est ce qui créée ce sentiment actuel d’anomie et de délitement de la politique française.

Pourtant d’autres pays – au premier rang desquels le Canada – ont déjà trouvé ou expérimentent des solutions. La France serait-elle incapable de s’adapter à son peuple multiculturel et cosmopolite ?


[2] Vers une politique française de l’égalité. Rapport du groupe de travail « Mobilités sociales »

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000758/0000.pdf

[3] Faire société commune dans une société diverse

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000760/0000.pdf

[4] Refonder la politique d’intégration – Groupe de travail « Connaissance – reconnaissance »


Actions

Informations



Laisser un commentaire




lamerdeenpetitscarres |
En finir avec eddy bellegueule |
Tous pour Un Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Nostalgiques du Chalet
| Opportunitesdaffairesiae
| le blog de l'Ecole des...